Saorge éternel

Saorge éternel

Faut-il continuer à prendre l'avion pour un oui ou pour un non ?

Pollution avions.jpgNice matin met les pieds dans le plat du transport aérien ce matin 4 octobre 2016...

 

Et cela tape fort sur les tabous : un trafic très polluant, bien plus, par passager transporté dit le journal, que nos chères automobiles (à vérifier tout de même sur le nombre de kilomètres parcourus), et cela n'est pas près de s'arranger, compte tenu de l'ère du pétrole qui n'en finit pas de finir.

 

On dit, dans cet article, que le taux de leucémies est plus élevé au voisinage des stations-service, l'aéroport de Nice étant lui-même une gigantesque station-service. Alors, bien sûr, la pollution est diluée. Mais cela veut dire aussi que tous en "profitent". Et l'affaire récente du délestage de carburant au-dessus de la forêt de Fontainebleau ne peut que nous inciter à la réflexion sur l'usage immodéré, à des fins ludiques et hédonistes, que nos concitoyens font de ce moyen de transport, aux prix cassés, qui déstabilise le chemin de fer plus respectueux de la protection de la nature, de la couche d'ozone, du réchauffement climatique. Mais le transport aérien, dit encore l'article, n'est pas concerné par l'accord de la COP21... Et, que je sache, le kérosène qui fait voler nos merveilleuses machines est exempté de la TIPP (Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers).

 

Alors, peut-être, plutôt que de passer des vacances de rêve de bobo au bout du monde, nous ferons mieux de rester dans notre vieille Europe.

 

Voilà, moi aussi, j'ai mis les pieds dans le plat.



04/10/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 176 autres membres